[PUBLICITÉ] Leclerc et les médicaments sans ordonnance (2013)

Leclerc

 

E.Leclerc est une célèbre enseigne de la grande distribution. Dans ce spot publicitaire, l’enseigne s’attaque au monopole de la pharmacie d’officine par ailleurs critiqué dans un rapport de l’Inspection générale des Finances. Il est donc ici recommandé d’autoriser n’importe quelle surface commerciale à vendre des médicaments sans ordonnance pour peu que celles-ci comptent au moins un pharmacien diplômé d’État dans ses points de vente.

Non seulement ces restrictions empêchent certains pharmaciens de pratiquer pleinement leur métier, mais elles induisent pour le patient un manque de concurrence qui augmente artificiellement le prix des actes pharmaceutiques tout en entravant l’innovation en matière de distribution des médicaments. Ce monopole officinal est d’autant plus problématique que le nombre de pharmacies est, en France, artificiellement limité par un numerus clausus mis en place par l’Agence régionale de santé.

Finalement, le monopole officinal n’est ni plus ni moins qu’une manifestation du capitalisme de connivence : un système où le producteur qui réussit n’est pas celui qui délivre les meilleures services au meilleur prix mais celui qui dispose des meilleures connexions politiques en vue de s’octroyer via la puissance publique des privilèges indus. Dans le domaine de la santé comme ailleurs, il faut restaurer la concurrence.

 

Partager la ressource