Monnaie et libéralisme : le cas Hayek (1989)

Christian Tutin

Cet article académique de 28 pages est une tentative de Christian Tutin, professeur d’économie à l’Université Paris-Est Créteil d’expliquer, de commenter, et de critiquer la théorie monétaire du Prix Nobel d’économie Friedrich Hayek. L’économiste autrichien a exposé ses théories monétaires notamment dans on ouvrage « Denationalization of money » paru en 1976. Dans ce livre, Hayek impute l’inflation et les cycles économiques – les bulles et les crises – à la centralisation et au monopole monétaires. La solution pour établir un système monétaire stable et durable consiste donc à soumettre l’émission de la monnaie aux mécanismes de marché et à la libre-concurrence. Le processus concurrentiel devrait donc permettre la sélection des monnaies de meilleure qualité : celles dont la valeur ne se dégrade pas.

À court terme, Hayek préconise la liberté de transaction sur les territoires nationaux : mettre fin au cours forcé de la monnaie en vue de permettre l’utilisation libre de monnaies étrangères ou métalliques. Un tel système monétaire serait selon lui plus efficace et politiquement plus faisable que l’établissement d’une banque centrale supranationale pour intégrer les marchés. Cette concurrence suppose également la liberté pour n’importe quelle institution bancaire d’émettre sa propre monnaie privée. Aux banquiers et aux gouvernements d’inspirer confiance pour convaincre les agents économiques d’adopter leur monnaie. Hayek soutient que les mécanismes de marché conduiront à imposer aux émetteurs une certaine discipline qui aura pour conséquence de limiter la croissance injustifiée de la masse monétaire et du crédit.

Dans cet article, Christian Tutin pose certaines interrogations sur la viabilité d’un tel système. Il fait notamment remarquer que cette théorie de la banque libre prend le contre-pieds de toute la tradition libérale classique. Mais c’est occulter les nombreux débats qui ont animé les cercles libéraux sur l’opportunité ou non de l’existence d’un monopole monétaire. Ces débats ont été particulièrement vifs en France. Ainsi que l’écrit Marc Lassort, chercheur à l’Institut de recherches économiques fiscales (IREF), les discussions françaises préfigurent les interrogations et les théories autrichiennes1. Le Journal des économistes fédérait en effet de nombreux économistes partisans de la banque libre en dépit des divergences sur les modalités particulières au fonctionnement d’un tel système.

On peut ainsi citer des économistes comme Victor Modeste2, Henri Cernuschi3, Jean-Gustave Courcelle-Seneuil4, Gustave du Puynode5, Théodore Mannequin6, ainsi que d’autres noms moins mis en avant par l’historiographie que le professeur Jean-Paul Domin évoque dans un article paru en 20077. Un autre opposant célèbre à la centralisation monétaire est sans doute le premier Prix Nobel de la Paix Frédéric Passy8. L’ère des banques centrales s’est accompagnée d’une plus grande instabilité monétaire que la succession des crises financières contribue à révéler. Plus que jamais, il convient de s’interroger sur la manière de sortir de ces cycles qui menacent les bases d’une société libre et prospère.

POUR CITER CET ARTICLE :

Tutin Christian. Monnaie et libéralisme : le cas Hayek. In: Cahiers d’économie politique, n°16-17, 1989. Le libéralisme économique. Interprétations et analyses. pp. 153-178;

1Marc Lassort, La fausse monnaie. Débat dans la tradition française et autrichienne, Laissons faire, n°19, été 2015, pp. 9-17

2Victor Modeste, « Le Billet des banques d’émission et la fausse monnaie », Journal des économistes, vol. 3, août 1866, pp. 181-212 ; Victor Modeste, « Le Billet des banques d’émission est-il fausse monnaie », Journal des économistes, vol. 4, octobre 1866, pp. 73-86

3Henri Cernuschi, Mécanique de l’échange, A. Lacroix, Paris, 1865 ; Henri Cernuschi, Contre le billet de banque, Guillaumin, Paris, 1866

4Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, « Le Billet de banque n’est pas fausse monnaie », Journal des économistes, vol. 3, septembre 1866, pp. 342-349

5Gustave du Puynode, « Le Billet de banque n’est ni monnaie ni fausse monnaie », Journal des économistes, vol. 3, septembre 1866, pp. 392-395

6Théodore Mannequin, « De la question soulevée par M. Modeste à propos de l’émission des billets de banque », Journal des économistes, vol. 4, décembre 1866, pp. 396-410

7Jean-Paul Domin, « La question du monopole d’émission de la monnaie : le débat banque centrale contre banque libre chez les économistes français (1860-1875) », Revue européenne des sciences sociales [En ligne]

8Frédéric Passy, Histoire d’une pièce de cinq francs et d’une feuille de papier, Paris, Institut Coppet, 2012, 59 p.

 

Partager la ressource