Lettre d’un négociant sur la liberté du commerce des grains (1763)

Louis-Paul Abeille

Description :

Économiste méconnu, malgré son adhésion à l’école physiocratique de François Quesnay, Louis-Paul Abeille fut l’un des plus ardents et des plus talentueux défenseurs du « laissez-faire » de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Dans cette courte brochure, publiée en 1763, il se fonde sur le constat presque « smithien » que l’intérêt est « l’unique moteur des Commerçants étrangers » ainsi que le principe qui « fait rouler toute la machine du commerce », et cherche à établir quelle politique, entre le protectionnisme et le libre-échange, il convient d’adopter. Il conclue de son analyse que le protectionnisme constitue une atteinte aux droits de propriété. Or, selon lui, « rien n’est plus sacré, dans tout État, quelle que puisse être sa constitution, que le droit de propriété. » Refuser la liberté du commerce, c’est aussi empêcher l’obtention du « vrai prix », issu de la concurrence, prix qui est le plus avantageux et le plus juste. À lire donc, et à faire lire, pour tous les protectionnistes modernes.

Source : Editions de l’Institut Coppet (cliquez sur le lien pour commander la version papier)

Longueur :

  • 30 pages

Difficulté :

  • Facile

Temps de lecture :

  • Entre 10 et 30 minutes

 

Pour citer cet ouvrage :

  • Louis-Paul Abeille, Lettre d’un négociant sur la nature du commerce des grains, Paris, Institut Coppet, 2014, 30 p.

Partager la ressource