L’économie politique du laissez-faire

Par Benoît Malbranque


Intervenant(s) du cours

Benoît Malbranque

> Rédacteur en chef de la revue Laissons Faire. Président de l’Institut Coppet
> Auteur de plusieurs livres, dont Le Socialisme en Chemise Brune (2012), Les économistes bretons (2013), et Rand Paul ou le réveil de l’Amérique (2014)

Il réédite les écrits des économistes français dans les collections de l’Institut Coppet

Une pensée française

Présentation du cours

 

En réaction aux idées et aux institutions de l’Ancien régime, s’est développée en France, à partir du début du XVIIIème siècle, une grande tradition intellectuelle autour d’une notion centrale : le laissez-faire. C’est un marchand, dit-on, qui prononça le premier cette formule, quand le ministre Colbert vint lui demander : « Qu’est-ce que l’État peut faire pour vous aider ? ». Il répondit : « Nous laisser faire ».

Dès lors, un grand nombre d’auteurs sont venus expliquer les mérites de cette politique. L’État, considéraient-ils, se doit de rester en recul, d’assurer le respect des droits, mais non d’intervenir dans les affaires économiques, sous peine de tout secouer et de tout détruire. Il doit d’abord lever l’impôt de manière égalitaire et juste (Vauban, Boisguilbert). Il doit ensuite se garder de jouer avec la monnaie, en abaissant sa valeur pour se financer à bas prix (Cantillon après le désastre John Law ; Dupont de Nemours avant celui des Assignats). Il doit garantir la liberté du travail, supprimer les corporations et les règlements tatillons sur l’industrie et le commerce, qui entravent le progrès économique (d’Argenson, Gournay, les Physiocrates, Turgot).

Enfin, l’État doit autoriser la libre circulation des marchandises – ce pour quoi à laissez-faire, d’aucuns ont ajouté laissez-passer –, permettant aux consommateurs d’acheter au meilleur prix, et assurant la paix et la fraternité entre les nations (Quesnay et les Physiocrates, abbé de Saint-Pierre). En défendant cet idéal du laissez-faire, les économistes français du XVIIIème siècle ont posé les bases de la science économique. Après avoir dominé leur époque, ils peuvent guider la nôtre.

 


Plan du cours

1 – Introduction
2 – Vauban
3 – Boisguilbert
4 – Cantillon
5 – L’abbé de Saint-Pierre
6 – Le Marquis d’Argenson
7 – Gournay
8 – Le groupe de Gournay
9 – Mirabeau
10 – Quesnay

11 –  Les Physiocrates (1) Histoire
12 – Les Physiocrates (2) Fondements de doctrine
13 – Les Physiocrates (3) Réalisations et influence
14 – Dupont de Nemours (1)
15 – Voltaire et les philosophes
16 – Turgot (1) Théoricien
17 – Turgot (2) Réformateur
18 – Condillac
19 – Condorcet
20 – Dupont de Nemours (2) Le bon-sens libéral sous la Révolution
21 – Conclusion : passage de témoin

Partager la ressource