Et si nous avions fait fausse route depuis 60 ans ? (2012)

Daniel Tourre et Benoît Malbranque

Daniel Tourre et Benoît Malbranque président respectivement le Collectif Antigone et l’Institut Coppet. Ce clip réalisé à leur initiative se propose de dresser un panorama complet des problèmes rencontrés par les sociétés contemporaines même si on y traite ici plus particulièrement du cas de la France. Il est en effet difficile, dans l’hexagone, d’envisager la résolution des problèmes contemporains autrement qu’à travers le prisme d’une concentration toujours plus forte des pouvoirs entre les mains de ceux qui constituent la classe politique et administrative.

Les auteurs se demandent si ce choix est réellement judicieux; Cela fait en effet plus de soixante ans que l’on n’a cessé de confier aux mains de l’État la gestion de la plupart de nos problèmes. Peut-on réellement affirmer que le paternalisme politique constitue le meilleur moyen en vue de coordonner la vie et les activités des citoyens ? Il est coutume de voir en les politiciens et les bureaucrates la source principale de notre prospérité. Ceci explique sans doute pourquoi la sphère publique n’a cessé de s’accroître ces dernières décennies au fur et à mesure que la puissance publique s’est arrogée de nouvelles missions. Mais le bien-être des populations s’en trouve-t-il réellement augmenté ?

On considère qu’il est du devoir des gouvernements de veiller sur notre santé y compris malgré nous dans l’hypothèse où l’on se déciderait à boire et à fumer. Mais les politiques restrictives contre ces comportements ne se heurtent-elles pas, en plus d’être inefficaces, au principe de justice et de liberté ? La solidarité est certes indispensable au maintien de toute société. Cependant n’est-ce pas dévoyer cette noble valeur que lui confier une dimension obligatoire et coercitive ?

Pourquoi faire si peu confiance en la liberté des échanges quand le déroulement libre des interactions humaines est au contraire le socle de toute civilisation prospère ? Ne peut-on pas envisager que l’individu puisse être souverain quant aux choix qu’il effectue dans le domaine de sa retraite, de ses soins ou de ses échanges culturels ? Est-on certain que placer toujours plus de pouvoirs entre les mains des gouvernements soit une solution efficace pour régler les problèmes de pauvreté ? Autant de questions traitées dans cette vidéo.

Source : Collectif Antigone et Institut Coppet

Partager la ressource