Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas (1850)

Frédéric Bastiat

Description :

“Entre un mauvais et un bon Économiste, voici toute la différence : l’un s’en tient à l’effet visible ; l’autre tient compte et de l’effet qu’on voit et de ceux qu’il faut prévoir.”

Qui n’a jamais entendu dire que la guerre est bonne pour l’économie ? Ou qu’il fallait résorber le chômage par plus de dépense gouvernementale ou de protectionnisme ?  Hélas cette mauvaise conception de l’économie ne date pas d’hier. Frédéric Bastiat fût lui aussi confronté à ces arguments. Dans ce livre, il cherche à nous apprendre à déceler les effets destructeurs dont on ne tient généralement pas compte lorsque l’on examine les interférences gouvernementales avec le marché.

Source : Institut Coppet

Longueur :

  • 66 pages

Difficulté :

  • Facile

Temps de lecture :

  • Entre 1 et 2 heures

 

Pour citer cet ouvrage :

  • Frédéric Bastiat, Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, Paris, Institut Coppet, 2011, 66 p.

 

Partager la ressource